Compte-rendu
IWFSAS 2016 : Le rôle des institutions financières coopératives dans la stabilité financière et l’économie durable

International Workshop on Financial System Architecture & Stability (IWFSAS) 2016

Date : 26 au 27 août 2016
Lieu : Université de Victoria, Canada

Le Centre international de recherche sur la finance coopérative (CIRFC) de HEC Montréal, le Centre d’excellence de l’Union européenne  (EUCE), l’école de commerce Peter B. Gustavson et le Département d’économie de l’Université de Victoria en Colombie Britannique ont organisé les 26 au 27 août 2016 dans ladite université la première édition de l’Atelier international sur l’architecture et la stabilité des systèmes financiers (International Workshop on Financial System Architecture and Stability, IWFSAS).

Cet atelier est un forum scientifique de chercheurs et de décideurs ciblant des questions liées à la structure et à la conception des systèmes financiers et leur impact sur la croissance et la stabilité financière, tant au niveau national que mondial.

L’édition de cette année a réuni une trentaine de chercheurs universitaires et experts venant du Canada, des États-Unis et d’Europe, autour du thème du rôle des institutions financières coopératives dans la promotion de la stabilité financière et le développement économique durable. Six sessions ont été organisées pour couvrir les différents aspects de ce sujet :

  1. Modèles d’affaires et structures de marché dans le secteur bancaire
  2. Régulation et prise de risque dans les opérations bancaires coopératives
  3. Finance, croissance, inclusion et stabilité
  4. L’avenir du secteur bancaire coopératif
  5. Gestion d’institutions coopératives financières
  6. Éviter et résoudre les crises bancaires

Retrouvez tous les articles et le programme sur http://www.uvic.ca/iwfsas2016

Dans ce cadre, la professeure Rym Ayadi a présenté le 26 aout 2016 un article intitulé « Which business models exist in European Banking ? » (Quels modèles d’affaires existe-t-il dans le secteur bancaire européen?). Elle était aussi le même jour panéliste à la session sur l’avenir du secteur coopératif.

Présentation de la professeure Rym Ayadi à la session sur les modèles d’affaires et structures de marché dans le secteur bancaire

IRCCF Director Rym Ayadi at the IWFSAS 2016

L’article « Which business models exist in European Banking ? » de professeure Rym Ayadi analyse les modèles d’affaires bancaire en Europe en tenant compte de l’évolution constante des structures du marché et de la réglementation, dans le but de mieux comprendre a nature du risque lié à chaque modèle d’affaires ainsi que sa contribution au risque systémique. Les résultats montrent que tout au long du cycle économique, les coopératives financières ont d’aussi bonnes performances que les autres institutions tout en accumulant moins de risques. Elles sont donc plus résilientes face aux chocs extrêmes et sont ainsi moins menaçantes à la stabilité financière. Finalement, l’étude révèle qu’un système diversifié est apparemment plus résilient qu’un système qui tend vers un modèle d’affaires unique.

Panel sur l’avenir du secteur bancaire coopératif

Une table ronde ouverte au public a été tenue le 26 août 2016 pour discuter de l’avenir du secteur coopératif. Le modérateur était Paul Schure, professeur associé au Département d’économie de l’Université de Victoria.

Panelits at the IWFSAS 2016

Cinq experts faisaient partie du panel :

  • Rym Ayadi, professeure et directrice du CIRFC, HEC Montréal
  • Frank Chong, surintendant des institutions financières et chef de direction par intérim de la Société d’Assurance Dépôt des Coopératives de Crédit au sein du Commissariat des Institutions Financières de la (FICOM) de la Colombie Britannique
  • Tracy Redies, directrice de BC Hydro et ancienne chef de direction de Coast Capital Savings – coopératives de crédit et coopératives financières, en Colombie Britannique
  • James A. Wilcox, professeur de finance à la Haas School of Business de l’Université de Californie à Berkeley
  • Don Wright, président et chef de direction de Central 1 Credit Union en Colombie Britannique

Rym Ayadi a exposé tout d’abord les résultats de ses études sur les banques coopératives, les modèles d’affaires et la stabilité financière. Elle a mis en avant que les banques coopératives sont des institutions mutualistes (stakeholder value) maximisant les profits pour leurs membres ou poursuivant d’autres objectifs sociaux, par opposition aux banques à actions (shareholder value) qui maximisent le retour sur les capitaux propres. Les résultats montrent que les banques coopératives ont un niveau de risque (mesuré par la distance au défaut) plus bas que les autres banques, excepté les banques publiques. La comparaison des ratios de capital de première catégorie mène à des conclusions similaires. Pour veiller à ce qu’il y ait un alignement du profil de risque de la banque et les actifs pondérés par les risques, cette métrique doit être complétée par le ratio d’endettement. Enfin, la queue de distribution des estimations de pertes implique que les banques coopératives ont le mieux résisté à la crise financière de 2007-2009 et à la crise économique subséquente.

L’intervention de Frank Chong était axée sur les problèmes d’engagement des membres-propriétaires des coopératives de crédit et de la reddition des comptes à ceux-ci par une divulgation adéquate de l’information. Quant à Tracy Redies, elle a mis l’emphase sur la capacité d’innovation aux consommateurs des coopératives de crédit et leur différentiel de taille avec les banques canadiennes. Elle a plaidé pour des mesures assurant leur survie alors que la compétition sur le marché des services financiers favorise les banques à cause des économies d’échelle.  James A. Wilcox aussi a insisté sur les économies d’échelle, qui poussent les coopératives de crédit aux États-Unis à continuer à se regrouper pour rester compétitives dans l’industrie. Don Wright a abondé dans le sens de Tracy Redies, soulignant que contrairement aux banques, les coopératives de crédit privilégient la relation avec les clients et sont socialement conscientes. Leur avenir est plein de défis, notamment celui de l’implication des membres-propriétaires à mesure que leur taille augmente, et celui de la montée à partir de 2008 d’une régulation de taille unique qui ne tient pas compte des questions de proportionnalité.

Pour terminer, les débats suscités par les questions du public ont porté essentiellement sur la taille des coopératives de crédit et la nécessité pour elles de mettre des ressources en commun pour mieux servir leurs membres. Ils ont aussi porté sur comment renforcer l’activisme des membres, sur l’amélioration du cadre réglementaire et sur les évolutions fondamentales que pourraient induire les initiatives de technologie financière (Fintech), en particulier le financement participatif (crowdfunding).

Autres faits saillants de l’IWFSAS 2016

Session principale sur la finance, la croissance, l’inclusion et la stabilité

Thorsten Beck, Keynote Speaker at IWFSAS 2016

Thorsten Beck était le conférencier principal de l’IWFSAS 2016.

Professeur titulaire en banque et finance à la Cass Business School à Londres et également chercheur au Centre for Economic Policy Research (CEPR) et au Center for Economic Studies (CESifo), Thorsten Beck a aussi travaillé comme consultant notamment pour la Banque centrale européenne, la Banque des règlements internationaux et le Fond monétaire international.

Lors de son intervention, il a souligné les interrelations entre la finance d’une part et la croissance, l’inclusion et la stabilité d’autre part. Il mit en exergue les résultats empiriques sur les conditions dans lesquelles ce lien peut être positif.

Prix du meilleur article du CIRFC

Le comité du CIRFC de HEC Montréal a remis le Prix du meilleur article à Hongyu Xiao (étudiant au doctorat en économie appliquée de l’Université de Pennsylvanie), co-auteur avec Hector Perez-Saiz (Banque du Canada) de l’article « Local vs National: Regulatory and Cultural Entry Barriers in the Retail Banking Industry ».

Le Comité du CIRFC était composé de  Barbara Casu (Cass Business School, Londres), Giovanni Ferri (Université LUMSA, Rome), Barry Quinn (Université Queen’s, Belfast) et Benoit Tremblay (HEC Montréal), Rym Ayadi et Michel Keoula de l’équipe du CIRFC.

IRCCF Director Rym Ayadi with Hongyu Xiao

L’article de Perez-Saiz et Xiao est une étude empirique des facteurs qui influencent la compétitivité et la présence géographique des coopératives de crédit et des caisses populaires à côté des grandes banques dans le système bancaire dual du Canada. La base de données comprend notamment des données de localisation des succursales, des variables démographiques issues du recensement de 2010 et des données spatiales de subdivision de recensement ayant permis de sélectionner les petites zones rurales isolées. Le modèle économétrique est un Probit ordonné appliqué au marché bancaire oligopolistique du Canada. Le pouvoir prédictif global du modèle est très bon, ce qui a permis de faire des expérimentations. Les principales conclusions soulignent que les coopératives de crédit et les caisses populaires ont un avantage significatif dans les marchés les moins attrayants et que l’avantage est aux banques dans les marchés plus attrayants. Elles indiquent aussi que les barrières culturelles sont à prendre en compte dans l’analyse de l’expansion des coopératives de crédit et des caisses populaires et que la loi canadienne de 2012 sur les associations coopératives de crédit, visant à favoriser cette expansion, n’affectera pas significativement la compétition dans le secteur bancaire canadien.

Prix du meilleur article du CSSI

Le comité du Centre for Social and Sustainable Innovation (CSSI) de l’école de commerce Peter B. Gustavson de l’Université de Victoria a récompensé Giorgio Caselli (Université de Cranfield) co-auteur avec Catarina Figueira (Université de Cranfield) de l’article intitulé : « Risk-Taking Channel of Monetary Transmission and Financial Stability: What Role for Stakeholder Banks? ».

Le Comité du CSSI était composé de José Martin Berropside (Conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale), Martin Cihak (Fonds monétaire international), Claudia Gerardone (École d’affaires d’Essex) et Nadia Massoud (Melbourne Business School).

Liens utiles

Evénement IWFSAS 2016
Evénement IWFSAS 2017